Découvrir >> Patrimoine religieux

Patrimoine religieux

Église Saint Raymond XVème –XVIIIème siècle

Edifiée en granit, cette église aurait été construite sur les douves de l’ancien château, lui-même vestige d’un camp romain, devenu poste de surveillance du trafic dans la baie. Elle est dédiée à Saint Raymond Nonnat, cardinal mort en 1240. Mais il est le substitut d’un autre saint, Saint Rumon, honoré en Cornouailles, considéré comme le saint patron d’Audierne jusqu’au milieu du XVIIème siècle. La nef comporte un chœur polygonal de 1607 et les piliers octogonaux, dépourvus de chapiteaux, soutiennent des arcades ogivales du XVIème siècle. Le clocher, reconstruit au XVIIIème siècle, porte la date de 1631. C’est un des nombreux clochers baroques du diocèse. Localiser sur le plan. Trois bateaux sont sculptés sur la façade sud et le porche ouest de l’église : un bâtiment à hune, un langoustier et une barque de pêcheurs. Au XVIIème siècle, les commerçants sont très riches et font sculpter ces bateaux pour montrer que leur fortune vient de la mer.

 

Le martyre des sept macchabées 1849 Huile sur toile

Cette œuvre réalisée sous Louis-Philippe, est commandée par l’Etat, le 8 Août 1847. Le peintre, Gustave Lassale Bordès, né en 1814 à Auch, a collaboré de 1838 à 1852 avec Eugène Delacroix dont on sent ici l’influence. Le tableau représente les sept frères qui, sous Antiochos Epiphane, en 165 av. J.C, subirent le martyre, avec leur mère, pour avoir refusé de violer la Loi de Moïse en mangeant de la viande de porc.

 

 

Tombe de Mathieu Claude GUEZNO de BOTSEY 1763-1831

Audiernais de naissance, homme de la Convention puis de l’Assemblée des Cinq-Cents, GUEZNO fut un homme foncièrement républicain, s’opposant aux royalistes, aux démocrates violents, aux anarchistes et enfin, à l’Empire. Ayant voté la mort du roi Louis XVI, il est condamné à l'exil par Louis XVIII. De retour à Audierne, il consacre ses dernières années à œuvrer, au sein du Conseil Municipal, pour l’enseignement populaire.

Mathieu Claude Guezno de Botsey , nait à Audierne le 17 février 1763. Son père « noble homme » était négociant en cette ville.
Dès l’âge de 25 ans, Guezno se mêle des affaires publiques.
Il doit aux sympathies qu’il manifeste pour les idées nouvelles d’être délégué, en 1789, par sa paroisse, à l’assemblée de la Sénéchaussée de Quimper pour l’élection des députés aux Etats-Généraux.
En 1789 il rédige le cahier de doléances de la ville d’Audierne, composé de 33 articles. Nommé Commissaire chargé de l’examen des cahiers des paroisses et de la rédaction du Cahier Général de la Sénéchaussée, il crée également « une garde bourgeoise », Comité Permanent chargé « d’assurer la tranquillité publique et dissiper les désordres.. »

Le 10 juillet 1790, il est élu administrateur du département, et en 1792, député du Finistère. Bien que sympathisant avec la Gironde, son évolution vers Les Montagnards s’accomplira lors du procès de Louis XVI. Il vota « pour obéir au cri de sa conscience….POUR la mort du Roi Louis… »
Dans la lutte entre la Gironde et la Montagne, Guezno n’obéit à aucun ordre, votant selon ses convictions.

A la fin de 1793, devant la nécessité de réorganiser la marine, la flotte est concentrée à Brest, Rochefort devenant le grand atelier de la République. Guezno est alors désigné pour y surveiller les travaux maritimes. Il se trouvait alors mieux à sa place en organisant des œuvres utiles, qu’en prenant part à des luttes politiques et d’influence.

Il rentre à Paris en juillet 1794 et suit les réunions de la Convention. Celle-ci le renvoie en Bretagne afin de traiter avec les rebelles et amener une détente salutaire en adoptant une attitude conciliante envers le clergé et un assouplissement dans l’exercice du Culte. Il réorganise aussi les administrations et remplace les hommes de Robespierre par des modérés.

En 1795, la Convention est remplacée par l’Assemblée des Cinq-Cents. Il y est réélu de justesse au second tour, 187 voix contre 303. Il a 32 ans.

Dans cette assemblée, il se montre Républicain, probe et indépendant.
Il soutient le Directoire contre les royalistes, les démocrates violents, les anarchistes.
Il ne partage pas l’engouement dont Bonaparte fait l’objet.

En 1798, il n’est pas réélu et rejoint Audierne, où il va occuper le modeste emploi de receveur des douanes. Il fréquente peu, recherchant surtout la compagnie de petites gens, pêcheurs ou paysans.
Face à une menace de révocation, il signe l’acte constitutionnel qui approuve l’Empire, comme ses chefs l’avaient signé. Sollicité pour se présenter à la Chambre des Représentants, il refuse, et n’exerce aucune action politique sous l’Empire..

Contre les conventionnels qui avaient voté la mort du Roi, voté l’acte constitutionnel et sollicité des emplois sous Napoléon 1er, la Restauration prit des mesures sévères :

Le 20 janvier 1816 il est condamné à l’exil et rejoint Jersey puis la Belgique. De nombreuses suppliques furent envoyées au ministre de l’Intérieur afin de faire revenir Guezno à Audierne…. et demeurèrent vaines. Quinze années d’exil passèrent.

Guezno est libéré lors de la Révolution de 1830 et rejoint Audierne au début de l’hiver.
La population est allée « le devancer sur la route, comme elle l’avait été conduire avec des larmes, quand elle l’accompagna à son départ en 1816. »

Par un arrêté du 12 février 1831, le préfet appelle Mathieu Guezno à siéger au conseil municipal d’Audierne. Sa dernière bataille fut l’enseignement populaire.
Guezno assiste jusqu’à la fin de sa vie aux séances du conseil municipal d’Audierne. Il signe le registre une ultime fois, le 29 mai 1839 et s’éteint le 6 juillet 1839 à son domicile.

 

Mausolée de Monsieur Séverin Louis Marie Michel le DUFF de MESONAN 1781-1872

Sympathisant de l’Empire, élu sénateur, député, président du Conseil Général du Finistère et maire d’Audierne, il permet grâce à son entregent auprès des ministères parisiens la réalisation de nombreux projets départementaux et communaux.

Le 10 octobre 1781 nait, à Quimper, Séverin Louis Marie Michel le Duff de Mesonan. Il fait ses études à Quimper et passe ses vacances à Audierne. Il s’engage dans la Marine, est fait prisonnier des anglais en 1809.Rentré en France en 1814, il reprend sa place dans l’armée impériale puis la quitte après Waterloo.

Inactif à Audierne, il rejoint Paris où il obtient sa réintégration dans l’armée de Louis XVIII.

Sympathisant de l’Empire, il est mis à la retraite d’office à la suite du coup d’état manqué du prince Louis Napoléon, puis emprisonné en 1840 pour sa participation active au coup de main de Boulogne. Pendant sa captivité Monsieur de Mésonan est en correspondance fréquente avec Louis Napoléon qui lui manifestait une vive amitié.Il est libéré en 1848, après l’élection du prince à la Présidence de la République.

Installé à Paris, la Bretagne reste au fond de la pensée du vieux militaire. Il rejoint Audierne, retrouve ses amis et songe à user de ses bonnes relations avec le Président de la République pour aider ce canton, dont la situation éloignée et peu favorisée l’afflige.

Elu tour à tour sénateur, député, président du Conseil Général du Finistère, maire d’Audierne de 1857 à 1871, Mésonan s’occupe des intérêts du Département et de la ville d’Audierne.

Grâce à son opiniâtreté et à son entregent auprès des ministères et de Napoléon III, il obtient la construction du môle du Raoulic, du pont reliant Audierne à Plouhinec, du chemin de halage, et le lancement du projet de ligne de chemin de fer entre Douarnenez et Audierne… (il décède dans sa 91eme année)

 

Quoi de neuf...!

mars 21, 2016
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
De nouveaux conteneurs enterrés, dédiés à la collecte des déchets, viennent d’être mis en service, place de la liberté.
mars 10, 2016
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Henriette Genissel, centenaire de la commune nouvelle, entourée de sa famille, de Jo Evenat, maire et de Didier Guillon, Conseiller DépartementalC’est avec grand plaisir que Joseph EVENAT, Maire, Didier GUILLON, Conseiller Départemental, Joëlle COLLOCH, Adjointe au Maire chargée de l’Action Sociale et Roselyne TRIVIDIC, membre du Centre Communal d’Action Sociale, ont tenu à être présents ce dimanche 28 février, au domicile de madame Henriette GENISSEL, afin d’honorer la doyenne de la commune nouvelle.
mars 4, 2016
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Concernant l'aménagement de la chaussée de la Résidence les Marines au croisement des rues Condorcet & Courbert
mars 4, 2016
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Composition du CCAS de la commune nouvelle Le 10 février dernier, le CCAS de la commune nouvelle a constitué son conseil d'administration.
févr. 18, 2016
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Un défibrillateur accessible 
déc. 24, 2015
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Du 21 janvier au 20 février 2016 Recensement de la population 2016
nov. 17, 2015
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
En raison de travaux sur le réseau électrique, ERDF programme des coupures Lundi 23 novembre prochain, le matin de 8h30 à 12h et l'après midi de 13h30 à 16h.
nov. 11, 2015
Catégorie : Audierne
Posté par : Berengere
Repas des aînés à l'hôtel restaurant le Goyen le 08 novembre 2015 Comme chaque année, le CCAS a invité les Aînés et Aînées d'Audierne à se retrouver autour d'une bonne table. 130 personnes se sont réunies dimanche dernier à l'Hôtel Restaurant le Goyen.
oct. 22, 2015
Catégorie : Audierne
Posté par : developpeur
Association Départementale Information Logement
Permanence le lundi 26, de 9h à 12h, à la Communauté de Communes rue Renoir.
Contact: 02 98 46 37 38
oct. 22, 2015
Catégorie : Audierne
Posté par : developpeur
Jeudi 22, vendredi 13 et dimanche 25, 15h30, rue Lesné.
Visite commentée : vie des marins pêcheurs, histoire des pêches locales (sardine, thon, langouste...), vieux outils, maquettes de bgateaux...
Inscription à l'Office de Tourisme.
Tarif : 3€, réduit : 2€, gratuit pour les moins de 12 ans.

 

 

Office de Tourisme d'Audierne